top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMMSEE

"L'amour qui ne porte pas en lui la graine du chagrin et de la mort est le sujet de la comédie".

D. Liantinis

"Gemma"

L'amour et la mort

"Comme les sages et les poètes doivent nous l'enseigner, et comme notre incarnation et notre expérience personnelles, c'est-à-dire l'épreuve de la vie, doivent nous le montrer, deux sont les plus hauts sommets du cours catapultant de notre vie. L'expérience de l'amour, et l'expérience de la mort.

L'amour et la mort sont deux moments absolument uniques pour chacun de nous. Deux personnes ne peuvent pas vivre leur amour de la même manière, ni faire l'expérience de la mort de la même façon.

Le sournois Macbeth a vécu des choses très différentes dans sa mort et le tragique Othello. Pour prendre deux des héros de Shakespeare.

Et Nastasia Philippovna a vécu des choses totalement différentes dans son amour que Jocasta. Pour prendre deux personnages de la tragédie de Dostoïevski et de Sophocle.

Chaque fois que deux personnes tombent amoureuses, l'univers est né. Ou, pour raccourcir la portée, chaque fois que deux personnes tombent amoureuses, une étoile naît avec toutes ses protoplanètes.

Et chaque fois qu'une personne meurt, l'univers meurt. Ou, pour raccourcir la portée, chaque fois qu'un humain meurt sur terre, une étoile supernova explose dans le ciel.

Ainsi, en termes de substance, l'amour et la mort ne sont pas de simples éléments de fond. Ils ne sont pas deux simples énoncés de la vie instrumentale.

Plus largement, et plus loin, et plus profondément, l'amour et la mort sont deux lois universelles entre lesquelles se déploie la dialectique de l'univers. C'est-à-dire le processus actif de toute la matière inorganique et instrumentale. Ils sont l'Alpha et l'Omega du monde universel et du Dieu universel. C'est l'être et le zéro de l'être. Ses deux composantes moitié et frère.

En dehors de l'amour et de la mort principalement, il n'y a rien d'autre. Mais il n'est pas non plus concevable d'exister. Les quatre-vingt-douze éléments de la matière ont été créés pour servir l'amour et la mort. Les quatre forces fondamentales de la nature, électromagnétiques, faibles, fortes et gravitationnelles, travaillent pour servir l'amour et la mort.

Tous les êtres, phénomènes et actions du monde sont des expressions, des incarnations, des partialités, des coefficients, de l'amour et de la mort.

L'amour et la mort sont donc frères et sœurs, ils sont complémentaires, les deux aspects d'une même personne. C'est le bel Endymion, pour ainsi dire. Qui, parfois éveillé, pose sa tête tendrement sur les seins de la Lune et la regarde dans les yeux. Et d'autres fois, il dort du sommeil des morts sous son regard infiniment silencieux.

Avec seulement trois démonstrations, mais illustres et grecques, je vais vous rappeler que l'amour et la mort sont la même chose.

D'abord, le bloc 15 d'Héraclite : "Hadès et Dionysos en eux-mêmes et par eux-mêmes."

Deuxièmement, le verset de Solomos : "Une fois l'amour et la mort sont si forts."

Le troisième est notre glorieux chant démotique de quinze syllabes : "Soit l'amour, soit la mort, vous n'avez pas le choix".


1 vue0 commentaire

Commentaires


Post: Blog2 Post
bottom of page