top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMMSEE

"L'effet du centième singe"

La masse critique est un terme qui apparaît dans tout, des textes d'amélioration personnelle aux articles sociaux. De nombreuses personnes sont attirées par cette idée, qui veut que si une habitude, une pensée ou une pratique dépasse un certain nombre de personnes qui se la sont appropriée, alors elle devient la propriété de toute l'humanité !

L'effet du centième singe, lié à l'expression "masse critique", a été popularisé dans les années 1970 par le biologiste Lyall Watson. Dans son livre "Lifetide" publié en 1979, il affirmait que certains singes, afin de se débarrasser de la saleté et de la boue, avaient appris à laver leurs ignames dans la mer de Koshima, au Japon. Lorsque le nombre de singes ayant acquis cette habitude est devenu 100, presque tous les singes ont fait la même chose. Watson s'est appuyé sur des recherches menées dans les années 1950, dont nous savons aujourd'hui que non seulement elles ne confirment pas cette théorie, mais qu'au contraire, certains groupes d'âge n'ont pas du tout appris ce comportement. De plus, il n'a malheureusement jamais contacté les chercheurs originaux et a admis publiquement que cet article était sa propre invention, alors que dès le début, il a souligné qu'il était basé sur des ouï-dire. Après tout, nous ne parlons que de quelques paragraphes qui figuraient dans son livre.

Mais le "problème" réside dans le fait que plusieurs écrivains New Age se sont basés sur ces paragraphes et ont influencé un grand nombre d'enseignants spirituels et de textes d'amélioration personnelle. Des scientifiques ont également été impliqués, qui ont conclu que "le seuil minimum requis pour façonner le champ morphogénétique en une forme-pensée commune pouvant changer le destin d'une région, d'un peuple, voire du monde entier, est un nombre fixe : la racine carrée d'un centième de population." Il est donc très probable qu'un lecteur tombe sur des textes qui affirment que le changement en Grèce, par exemple, nécessite 300 personnes, pour la planète entière 7000, etc. Ces chiffres sont évidemment très faibles. Il est presque certain qu'il y a autant de personnes dans divers groupes sociaux qui soutiennent diverses idées, mais sans que ces idées aient été diffusées. Mais il y a aussi des groupes qui, en déformant l'explication du phénomène, se prennent pour le centre du monde ! Et les individus qui dirigent ces petits groupes, au lieu d'essayer de s'étendre et de collaborer avec d'autres, choisissent de rester stagnants dans leur cercle d'influence.

Ainsi, bien que cette idée ait été réfutée, dans un étrange jeu de la vie, le nombre de personnes qui la soutiennent est assez important, de sorte qu'elle est considérée comme vraie dans l'esprit de nombreuses personnes. Est-il vraiment possible que quelques personnes puissent changer le climat mental d'une vaste région ? Et comment les scientifiques ont-ils mesuré le champ d'une forme de pensée ?

Même si l'effet du centième singe était vrai, même métaphoriquement, et si nous supposons ensuite qu'une masse critique (avec des nombres identiques) d'opposants à une nouvelle idée est créée en même temps (laver les patates douces dans la société des singes était en effet quelque chose de nouveau et d'extrêmement innovant !), alors quoi ?

Quelle masse critique prévaut ? La plus peuplée ? La plus ancienne ? La plus forte ? La plus communicative ? Quel élément est le critère clé ? L'évidence ? La logique ? L'ordinaire ? Le nouveau ? L'ancien ? Le plus avantageux ?

Alors, qui est cette "masse critique" de partisans qui empêchera la nouveauté d'arriver ? Qu'est-ce qui nous empêche de nous débarrasser des vieilles idées ? Qu'est-ce qui empêche une nouvelle idée, comme la réfutation d'une théorie, de se répandre ? Et surtout, dans quelle mesure sommes-nous prêts à accepter que nos idées ne soient pas vraies ? Sommes-nous prêts à chercher à savoir si nos croyances sont vérifiées ?




1 vue0 commentaire

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page